Vous êtes ici

Projets de recherche - études régionales

Depuis mars 2020, les équipes de l'Observatoire régional de la santé mènent des projets de recherche et des études en lien avec le coronavirus covid-19

Projets de recherche

2021-2023

Conditions de vie des jeunes et Coronavirus

Projet COVJECO

Au printemps 2020, les mesures de confinement prises pour endiguer la pandémie de COVID-19 ont eu un impact sociétal très important, qui reste encore à analyser sur de nombreux aspects. Cet impact a été particulièrement marqué pour les populations les plus fragiles, dont les jeunes adultes en particulier, qu’ils poursuivent des études ou non. Ce projet permettra de mieux cerner l’impact de la crise sanitaire sur une population fragile et hétérogène, cela afin à la fois de documenter la nécessité de déployer des mesures envers cette population, et d’en orienter les modalités. Il permettra aussi de comprendre les attitudes de cette population à l’égard de la pandémie et de sa gestion, y compris les mesures préventives individuelles promues par les autorités, avec là encore comme ambition d’initier des interventions efficaces au sein de cette population.

2020-2023

Appel à projet Covid-19 Sud : un projet impliquant les équipes de l’Observatoire régional de la santé retenu par l’Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les Hépatites Virales (ANRS)

Projet CO3ELSER : COvid-19, COnditions de vie et COmportements : Enquête Longitudinale dans le SEnégal Rural

Dans le contexte inédit de pandémie mondiale de la COVID-19, la diffusion de la COVID-19 en Afrique Sub-Saharienne reste relativement limitée, notamment dans les pays à l’ouest du continent, mais les incertitudes demeurent quant à l’évolution de la pandémie. Dans des contextes nationaux où les pouvoirs publics ne sont pas systématiquement en position d’atténuer substantiellement le choc économique induit par la pandémie, les zones rurales pourraient jouer un rôle majeur d’accueil comme en témoignaient les mouvements de populations issues des grandes villes en 2020. Ce rôle pourrait évoluer en fonction de l’attitude des populations rurales à l’égard des mouvements de populations urbaines et de leurs perceptions des risques associés

2021-2022

Appel à projet Recherche-Action Covid-19 : un projet impliquant les équipes de l’Observatoire régional de la santé retenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR)

Projet SLAVACO : Suivi Longitudinal des Attitudes à l’égard d’un VAccin contre la COvid-19 (SLAVACO)

Ce projet fait suite à l’étude Coconel, qui avait commencé à suivre les attitudes des Français à l’égard d’un futur vaccin contre la Covid-19 dès la fin du mois de mars 2020. Entre fin mars et fin juin 2020, l’hostilité à l’égard de ce vaccin était passée de 23% à 37%. Les objectifs de ce projet sont de suivre tout au long de l’année 2021 les attitudes des Français à l’égard des vaccins qui vont être introduits successivement, de documenter les motifs de refus (spécifiques au vaccin ou à la maladie, hostilité à l’égard de la vaccination en général…) et de mettre en évidence les facteurs associés (sociodémographiques, socioéconomiques), et ceci dans le cadre plus général de l’hésitation vaccinale, particulièrement prégnante en France. Un travail similaire sera également effectué auprès des médecins généralistes de ville.

2021-2022

Enquête en population générale sur l'acceptabilité d'un vaccin contre la Covid-19

Projet COVIREIVAC

L’épidémie de COVID a émergé dans un contexte compliqué pour la vaccination en France. La France est un des pays où les réticences à l’égard des vaccins sont les plus élevées au monde. Cela a directement pesé sur les intentions de vaccination contre la COVID comme ont pu le constater les études réalisées entre avril et décembre 2020. Aujourd’hui encore, les réticences sont très répandues alors même que le cap des 100 000 morts causés par ce virus est passé dans notre pays.

2020-2021

Appel à projet Flash Covid-19 : un projet impliquant les équipes de l’Observatoire régional de la santé retenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR)

Projet COCONEL : COronavirus et CONfinement - Enquête Longitudinale

Dans le cadre d'une collaboration entre l'Unité Mixte de Recherche Vitrome, le centre d'investigation Clinique Cochin Pasteur, l'Ecole des Hautes Études en Santé Publique et l'Observatoire régional de la santé, une enquête est actuellement en cours auprès d'un échantillon représentatif de la population adulte française pour évaluer l'impact du confinement. Plusieurs vagues ont déjà eu lieu depuis le début du confinement et ont fait l’objet de plusieurs notes de synthèse disponibles ci dessous.

2020-2021

Panel d’observation des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale

Notre observatoire anime, avec la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère chargé de la santé un panel de 3300 médecins généralistes de ville, qui a été renouvelé fin 2018. Ce panel comporte un sur-échantillonnage sur les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Pays de la Loire.

Compte tenu de l’impact de l’épidémie Covid-19 sur les soins de premier recours, nous nous sommes mobilisés pour lancer plusieurs vagues d’enquête auprès de ce panel.


Études régionales

2020-2021

Enquête qualitative menée auprès des étudiants de la région

À la demande de la Région Sud et l’Agence Régionale de Santé Provence-Alpes-Côte d'Azur, l’Observatoire régional de la santé mène une étude sur les conditions de vie et la santé des étudiants de la région depuis janvier 2020. Les objectifs de cette étude sont 1) de recueillir les perceptions et les habitudes des étudiants et des acteurs de la vie étudiante sur les conditions de vie, le recours aux soins et l’alimentation des étudiants (état des lieux, difficultés rencontrées, soutiens existants) à travers une étude qualitative et 2) de recueillir les propositions des étudiants et des institutions pour apporter des solutions et des aides vis-à-vis des problèmes identifiés.

Dans le contexte actuel de l’épidémie de Coronavirus COVID-19, l’ORS a proposé de compléter les objectifs de l’étude qualitative menée auprès des étudiants. En effet, les étudiants, comme l’ensemble de la population, doivent faire face à un bouleversement de leur mode de vie habituel. Mais l’épidémie et ses conséquences s’avèrent particulièrement révélatrices des vulnérabilités de cette population autour du recours aux soins, de l’alimentation et des conditions de vie.

En savoir plus

2020

PARCOVID MG - Etude auprès des médecins généralistes du bassin Marseillais

Une étude, financée par la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’Agence Régionale de Santé Provence-Alpes-Côte d’Azur et menée en collaboration avec le département universitaire de médecine générale de la faculté de Marseille et l'Union Régionale des Professionnels de Santé Médecins Libéraux est en cours de réalisation.

L’objectif de cette étude est de comprendre la façon dont les médecins généralistes de ville se sont adaptés face au Covid-19, en termes organisationnels, de pratiques collaboratives et de prise en charge. Il sera proposé aux médecins généralistes de compléter un questionnaire sur leurs modalités d'organisation et leurs pratiques de dépistage dans le contexte de l'offre médicale locale. Cette enquête est en cours.

En savoir plus

2020

Projet COROLES - COROnavirus et LiEn Social : enquête dans le cadre du dispositif d’appels téléphoniques auprès des retraités isolés mené par la Carsat-Sud-Est

Face à la pandémie de Covid-19, de nombreux pays ont pris des mesures de confinement. En France, une mesure sanitaire de confinement a été mise en place du 17 mars au 11 mai 2020. Durant cette période, les sorties du domicile étaient limitées au strict minimum, et, du fait de leur vulnérabilité vis-à-vis du virus SARS-CoV-2, les personnes âgées de 65 ans et plus ont été particulièrement incitées à se confiner. Dans ce contexte, la Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail Sud-Est (CARSAT Sud-Est) a mené une campagne d’appels téléphoniques du 14 avril à fin juin 2020 afin de contacter les retraités en situation d’isolement dans les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse avec pour objectifs de maintenir un lien social, recueillir leurs inquiétudes et détecter les situations à risques.

En savoir plus