Note d'information n°9 - Spécial Covid-19

Lettres d’information

Si vous souhaitez vous abonner ou vous désabonner, il vous suffit de cocher la case, de saisir votre adresse e-mail et de cliquer sur le bouton « S'abonner» ou « Se désabonner».

Données épidémiologiques sur la Covid-19

Depuis début septembre, l’ORS Provence-Alpes-Côte d’Azur a repris les mises à jour régulières des différents tableaux de bord. Retrouvez ainsi sur le site internet de l’ORS :

  • les dernières données épidémiologiques (mise à jour hebdomadaire) qui présentent des indicateurs de suivi de l’épidémie dans la région (évolution des hospitalisations, des décès, des retours à domicile, des recours aux urgences…) et des indicateurs sur les tests de dépistage.
  • les dernières données de suivi de l’activité en ville de certains professionnels de santé (mise à jour bimensuelle) qui caractérisent l’évolution de l’activité des médecins généralistes libéraux, spécialistes libéraux et infirmiers libéraux et notamment du recours à la téléconsultation dans le contexte particulier de la Covid-19, du confinement et de la période post-confinement.
  • les dernières données de suivi de la consommation en ville de certains médicaments (mise à jour bimensuelle) qui caractérisent les comportements de consommation des assurés sociaux de notre région vis-à-vis de certains médicaments prescrits (antidiabétiques, psychotropes, anticoagulants et certains vaccins) dans le contexte particulier de la Covid-19, du confinement et de la période post-confinement.

Retrouvez l’historique de l’ensemble de ces données sur la page consacrée aux tableaux de bord sur la Covid-19 sur le site internet de l’ORS.

 

Valorisation des travaux

Les résultats des travaux sur le suivi de l’activité en ville de certains professionnels de santé et le suivi de la consommation en ville de certains médicaments et vaccins présentés dans les tableaux de bord ont été présentés par l’ORS lors d’une communication orale (disponible ici) dans le cadre du colloque « Données de santé en vie réelle » organisée par l’AFCROs qui s’est tenu le 18 septembre dernier à Paris (https://www.afcros.com/evenements/colloque-donnees-de-sante-en-vie-reelle/).
Afin de poursuivre la valorisation de ces travaux, un article est en cours de rédaction afin d’être soumis à une revue scientifique à comité de lecture.

 

Ressources complémentaires

Concernant l’impact de l’épidémie sur la population, l’Institut national des statistiques et des études économiques (Insee) et l’Institut national des études démographiques (Ined) mènent notamment des travaux sur les conséquences de la Covid-19 sur la mortalité et la démographie.
L’Insee publie régulièrement les données sur le nombre quotidien de décès (toutes causes confondues) depuis le début de l’épidémie afin d’en suivre l’évolution et de les comparer aux années précédentes. Les chiffres montrent ainsi que le nombre de décès toutes causes confondues enregistrés dans la région entre le 1er mars et le 30 avril 2020 est supérieur de 11 % à celui observé sur la même période en 2019 (26 % au niveau national). Le nombre total de décès toutes causes enregistrés entre le 1er mai et le 21 septembre 2020 est similaire à celui observé en 2019 sur la même période au niveau régional (+1 % au niveau national - hausse qui ne concerne que les personnes âgées de 65 à 74 ans avec +4 % pour cette tranche d’âges).
De façon plus globale, le nombre total de décès toutes causes enregistrés au niveau régional entre le 1er mars et le 21 septembre 2020 est supérieur de 3,6 % à celui observé en 2019 sur la même période (+3,3 % par rapport à 2018).

Retrouvez l’ensemble des travaux de l’Insee sur les conséquences de la crise sanitaire de la Covid-19 en cliquant ici.

L’Ined présente quant à lui ses différents projets de recherche pour étudier l’impact de la pandémie sur les populations ainsi que les publications de ses équipes. Un article de deux directeurs de recherche de l’Ined a ainsi été publié en juin sur l’épidémie de Covid-19 : quel impact sur l’espérance de vie en France ?. Les résultats de cette étude montrent qu’au moment de la rédaction de l’article (juin 2020) et sous l’hypothèse qu’il n’y ait pas de seconde vague, la baisse de l’espérance de vie en France en 2020 devrait être relativement modeste. Pour les hommes, il s’agirait d’une baisse de 0,2 an, soit une espérance de vie de 79,5 ans en 2020 contre 79,7 ans en 2019. En ce qui concerne les femmes, l’espérance de vie devrait baisser de 0,1 an, soit 85,5 ans en 2020 contre 85,6 ans en 2019. Toutes les hypothèses et les limites de cette étude sont détaillées dans l’article pour bien comprendre les mécanismes sous-jacents à ce type de calculs ainsi que les précautions à prendre pour leur interprétation.

Retrouvez l’ensemble des travaux de l’Ined sur « Crise sanitaire et confinement : l’apport de la démographie et des sciences de la population » en cliquant ici.

Projets de recherche - Etudes régionales

Panel d’observation des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale

Dans le cadre du quatrième panel que l’ORS anime avec la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) du ministère chargé de la santé, une vague d’enquête a été menée du 18 mai au 21 juin 2020 auprès de médecins généralistes (dont un sur-échantillon pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur) pour évaluer leurs perceptions et ressentis vis-à-vis de l’épidémie et en particulier vis-à-vis de la fin du confinement, leur volume d’activité et leur utilisation de la télémédecine pendant l’épidémie.
En mai et juin 2020, parmi les 1200 médecins généralistes participants, 9 sur 10 se disaient bien informés sur les modalités de protection et 8 sur 10 se sentaient aptes à relayer la nécessité du respect des gestes barrières auprès de leurs patients. A cette date, seul 1 médecin sur 4 déclarait s’être fait tester depuis le début de l’épidémie.
Retrouver tous les résultats de cette vague d’enquête au travers de trois publications « Etudes et Résultats » de la Drees auxquelles les équipes de l’ORS ont contribué :

  • une publication sur les perceptions et opinions des médecins généralistes lors du déconfinement ;
  • une autre sur l’activité des médecins généralistes pendant le déconfinement, qui ne reviennent que progressivement à une activité normale ;
  • une dernière sur la téléconsultation, mise en place par 3 médecins sur 4 depuis le début de l’épidémie.

Retrouvez plus d'informations sur cette étude et l’ensemble des publications sur la page consacrée à ce projet sur le site internet de l’ORS.

 

Projet COROLES -- COROnavirus et LiEn Social : enquête dans le cadre du dispositif d’appels téléphoniques auprès des retraités isolés mené par la Carsat-Sud-Est

Dans le cadre de la campagne d’appels téléphoniques lancée en avril dernier par la Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (Carsat) Sud-Est afin de contacter les retraités en situation d’isolement dans les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse, l’ORS a réalisé, pour la Carsat Sud-Est, une enquête visant à documenter les retours qualitatifs des professionnels qui passent ces appels.
Les premiers résultats de cette étude suggèrent que, du point de vue des professionnels de la Carsat, les retraités contactés ont dans l’ensemble bien vécu cette période de confinement. La famille, les voisins et les associations se sont fortement mobilisés pour venir en aide aux seniors, qui de fait, n’ont eu que très peu de besoins non couverts. Toutefois, le manque de contacts, et plus particulièrement le manque de contacts physiques avec les petits-enfants, s’est fait fortement ressentir. Il en ressort d’ailleurs que le déconfinement a presque été plus difficile à vivre, pour ces seniors, du fait d’une démobilisation des dispositifs d’entraide couplée à l’injonction de rester vigilant et de limiter les sorties et contacts.
Les professionnels de la Carsat qui ont pris part à cette campagne d’appels semblent avoir extrêmement bien vécu cette expérience. Ils ont apprécié de se sentir utiles dans cette période si particulière. Pour certains d’entre eux, cette campagne a aussi été l’occasion de mieux connaître la population des retraités, au cœur de leur travail, mais avec laquelle certains ont peu l’occasion d’échanger.