Vous êtes ici

Formation des médecins généralistes de ville aux enjeux de la vaccination

Problématique : 

Les analyses réalisées sur le projet Formevac 1 (projet de formation à la vaccination des médecins généralistes de ville, en présentiel ou en e-learning) ont montré que l’impact de ce dispositif de formation, mesuré à partir des bases de l’assurance maladie (données de remboursement des vaccins de la grippe, du ROR et du méningocoque C), n’était pas probant.
De plus, une demande de formations plus pratiques axées sur le savoir communiquer avec les patients sur la vaccination a été formulée par les médecins lors de la formation Formevac 1 en présentiel.

Objectifs : 

Ce projet vise à réaliser une formation axée sur les savoir-faire dans le domaine de la vaccination qui pourrait être couplée à la première formation réalisée dans le cadre de Formevac 1, plus académique.

Méthodologie : 

Une recension et une description, selon une grille standardisée, des outils pédagogiques concernant les vaccins de la petite enfance a été réalisée pour la France, mais aussi d’autre pays (Canada, pays occidentaux francophones, Etats Unis). Cette étape a permis d’effectuer un bilan des outils existants et d’en dégager les points forts et les faiblesses. Une sélection de ces outils va également être testée auprès de professionnels de santé et de parents concernés afin de comprendre comment ils sont perçus et utilisés. Aux vues des résultats de ces tests, des ajustements seront effectués afin d’améliorer ces outils et de construire une boîte à outil aussi efficace et utile que possible pour les professionnels de santé. Par ailleurs, des approches de formation des professionnels de santé aux savoir-faire ("savoir écouter", "savoir expliquer") vont aussi être testées.

État d'avancement : 

Le projet a débuté en septembre 2017. Le bilan des outils existants a été réalisé.

Ce projet va être mené conjointement avec le projet ObliVac "Expérimentation visant à accompagner en Paca la mise en place de huit valences vaccinales obligatoires supplémentaires dans la petite enfance".