Vous êtes ici

Expérimentation visant à accompagner en région Paca la mise en place de huit valences vaccinales obligatoires supplémentaires dans la petite enfance

Problématique : 

Depuis le 1er janvier 2018, 8 vaccins supplémentaires sont obligatoires en France. Même si les obligations vaccinales peuvent être un moyen d’affirmer des normes sociales en faveur de la vaccination, l’éducation et la persuasion restent nécessaires pour faire comprendre au public la valeur de la vaccination. Dans une région marquée par une couverture vaccinale insuffisante pour plusieurs vaccins, l’Agence Régionale de Santé Provence-Alpes-Côte d’Azur (ARS) a souhaité qu’une intervention soit menée dans la région, pour accompagner la montée en charge des nouvelles obligations vaccinales. Ce projet a été mis en œuvre de façon conjointe avec le projet Formévac 2 "Formation des médecins généralistes de ville aux enjeux de la vaccination".

Objectifs : 

Il s’agit de construire une intervention durable combinée afin de redonner confiance dans les vaccins aux personnes hésitantes et, à plus long terme, d'améliorer la couverture vaccinale. Elle vise les parents de jeunes enfants et les professionnels de santé en associant des actions définies de façon cohérente et mises en œuvre de façon coordonnée. L’intervention devrait comprendre : le développement de l’entretien motivationnel auprès de parents pendant le séjour post-partum en maternité ; l’inventaire des outils d’information et leur test auprès de professionnels de santé et de parents de jeunes enfants, afin de faire des propositions pour améliorer les outils mis à leur disposition.
Cette intervention devra être évaluée en utilisant les méthodes et indicateurs adaptés. L’année 2018 a été consacrée à la rédaction d’un protocole d’intervention et de son évaluation afin de rechercher un financement pour réaliser le projet.

Méthodologie : 

Une recherche documentaire sur les outils français concernant la vaccination a été effectuée sur les sites internet des principales organisations impliquées en santé publique en France et à l’étranger (Belgique, Royaume-Uni, Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, Australie, Canada Québec compris, Etats-Unis et Suisse) de 2011, année correspondant au pic de l’épidémie de rougeole en France, à fin décembre 2017. Les sites internet français, belges, suisses et canadiens ont été interrogés pour les mots-clés "vaccin", "immunisation", "vaccination". Les mots-clés anglais "vaccine", "immunization" et "vaccination" ont été recherchés sur les sites internet restant et également sur les sites canadiens. Les outils retenus portaient sur la vaccination, même si elle n’en était pas le sujet principal. L’ensemble des outils trouvés a ensuite été décrit par une grille d’analyse standardisée.
Des réunions de focus groupes auprès d’infirmiers, de sages-femmes, de médecins généralistes et pédiatres et de parents de jeunes enfants doivent aussi être réalisés afin d’évaluer leurs perceptions de ces outils, recueillir leurs réactions et avis dans le but de mieux savoir s’ils correspondent ou non à leurs besoins (en termes de contenu, de forme, de méthode de communication...) et pour quelles raisons. Par ailleurs, le protocole d’un essai d’intervention visant à évaluer l’impact sur les délais de vaccination et l’hésitation vaccinale d’un entretien motivationnel réalisé auprès de parents pendant le séjour post-partum en maternité, a été préparé, à l’instar de la stratégie mise en place actuellement au Québec.

État d'avancement : 

L’état des lieux des outils pédagogiques disponibles concernant la vaccination en France, des focus groupes auprès de 30 professionnels de santé et des entretiens individuels auprès de parents de jeunes enfants (une trentaine) ont été réalisés. Selon le niveau d’éducation et degré d’hésitation vaccinale des parents, le contenu n’est pas toujours compris et l’exigence d’information diffère. Des préconisations sur les améliorations qui pourraient être apportées aux supports pédagogiques français afin que ceux-ci puissent être plus aisément utilisés dans un contexte de consultation et soient mieux adaptés aux besoins des parents selon leurs caractéristiques ont été formulées. Les résultats de ce travail ont été présentés aux différents acteurs impliqués dans la vaccination de la population et la préparation et la diffusion d’outils aux niveaux régional et national. Par ailleurs, un protocole a été développé pour évaluer l’impact d’un entretien motivationnel auprès des parents, dans la période post-partum, dans des maternités, sur leur confiance dans les vaccins de la petite enfance. Il a été soumis à l’appel à projet 2019 de l’Institut de Recherche en Santé Publique (IReSP) pour recherche de financement.