Satisfaction des besoins d’aide des personnes âgées vivant en domicile ordinaire et en institution : évaluations à partir des enquêtes CARe-Seniors

Problématique : 

D’après les premières estimations issues de l’enquête CARe-Ménages de 2015, 4 à 10% (0,4 à 1,5 million) des personnes âgées de 60 ans ou plus vivant en domicile ordinaire ont besoin d’aide pour la réalisation des activités de la vie courante, dont 220 000 à 260 000 seraient en perte sévère d’autonomie. En institution, 86% des personnes de 75 ans ou plus sont également dépendantes (soit 370 000 personnes, dont 221 000 sévèrement). A l’horizon 2060, la part des personnes âgées de 60 ans ou plus devrait atteindre 32,1% de la population totale (dont la moitié âgée de 75 ans ou plus) et 34,5% en 2070. Il y aurait alors 1,7 personne de moins de 65 ans, disponible pour une personne âgée de 65 ans ou plus, contre 3,7 en 2000. C’est dire la tension probable sur l’offre disponible d’aide aux personnes âgées évoluant vers la perte d’autonomie à laquelle la France sera confrontée d’ici un demi-siècle. C’est le modèle-même de prise en charge de la dépendance qui se trouve questionné, entre essoufflement des populations d’aidants familiaux historiques, difficulté de la structuration et de la professionnalisation du secteur de l’aide à domicile et saturation des capacités d’hébergement en établissement.

Objectifs : 

Le projet de recherche est organisé autour de trois objectifs :
- mesurer les besoins d’aide pour la réalisation des activités de la vie quotidienne chez des personnes âgées de 75 ans et plus,
- quantifier et qualifier l’aide reçue pour la réalisation des activités de la vie quotidienne,
- mesurer la satisfaction des besoins d’aide (besoins satisfaits ou non-satisfaits), et de deux axes de problématisation visant à :
- dissocier les facteurs explicatifs de l’hétérogénéité des situations de perte d’autonomie et de compensation de la perte d’autonomie, en soulignant notamment le rôle discriminant des dispositifs publics pouvant induire des phénomènes de non-demande de droits, d’effets de seuil et de reste à charge,
- identifier et contrôler les biais d’estimation liés au mode de recueil de l’information et les effets de traitement dans les enquêtes sur la santé en population générale.

Méthodologie : 

Le projet de recherche propose un modèle original d’estimation conjointe des besoins d’aide et de leur satisfaction tenant compte des erreurs de mesure liées aux modalités de recueil de l’information. Il inclut des estimations en population générale de la prévalence des besoins d’aide chez les personnes âgées de 75 ans et plus pour les différentes activités de la vie courante et leur satisfaction ; il analyse la composition de l’aide reçue par les individus (aide formelle, informelle, ou mixte) dont des évaluations macroéconomiques horaires et monétaires sont proposées. Les comparaisons entre sous-populations permettant de mettre en relief les caractéristiques fondatrices des inégalités de situation sont systématiquement réalisées à l’aide de procédures d’appariement, permettant de contrôler l’hétérogénéité observable et d’estimer des effets spécifiques de traitement. Les analyses statistiques et économétriques exploiteront les données des enquêtes CARe-Seniors (Capacités, Aides et Ressources) en ménage ordinaire (2015) et en institution (2016).

État d'avancement : 

La recherche, dont la réalisation débute le 1er avril 2019, ambitionne de produire de nouvelles connaissances sur les populations des personnes âgées dépendantes et de leurs aidants, d’une part sur la documentation de situations (et de leurs évolutions entre les enquêtes Handicaps-Incapacités Dépendance, Handicap-Santé et CARe) permettant de comprendre les mécanismes à l’œuvre dans le champ de la dépendance et de la compensation de la perte d’autonomie, d’autre part sur des avancées méthodologiques dans l’exploitation de données d’enquête en population générale tenant compte de la spécificité des données recueillies et surtout des modalités du recueil. Ces connaissances doivent être utiles aux différents acteurs du champ de la dépendance : personnes âgées, aidants familiaux et aidants professionnels, financeurs et acteurs institutionnels de la prise en charge de la dépendance, chercheurs en sciences humaines et sociales du vieillissement. Pour le décideur de politique sanitaire et sociale, c’est le périmètre de l’intervention qu’il s’agit d’aider à planifier pour répondre de façon adéquate aux besoins d’aide révélés. En outre, la recherche entend particulièrement mettre en évidence les discontinuités dans la capacité des dispositifs d’aide sociale à compenser la perte d’autonomie vécue par les personnes âgées, en étudiant en particulier la répartition des restes à charge, objet central des enquêtes CARe-Seniors, au sein de la population.