Vous êtes ici

Vaccination néonatale contre l'hépatite B en Afrique : volet socio-économique

Problématique : 

L’Afrique Sub-Saharienne est l’une des régions les plus touchées par le virus de l’hépatite B (VHB) et les enfants de moins de 5 ans chez lesquels la prévalence est la plus élevée au monde (3%) sont un groupe particulièrement à risque. Les deux principaux modes de transmission du VHB chez les enfants sont la transmission verticale (transmission mère-enfant) lors de la période périnatale et la transmission horizontale. On estime que 80 à 90% des enfants infectés par le VHB avant l’âge d’un an développeront une infection chronique pouvant conduire à l’âge adulte à une cirrhose et/ou un cancer du foie. Afin de réduire le risque de transmission mère-enfant (qui constitue la première exposition au virus chez les enfants), l’OMS recommande depuis 2009 la vaccination anti-VHB dans les 24 heures suivant la naissance. Cependant, très peu de pays africains appliquent cette recommandation. Par ailleurs, il n’existe quasiment aucune étude sur la faisabilité économique et le coût-efficacité d’une telle stratégie en Afrique. Le projet NéoVac fournit l’occasion de conduire une évaluation économique de la stratégie de vaccination anti-VHB à la naissance au Sénégal et Burkina-Faso.

Objectifs : 

L’objectif principal du volet économique du projet NéoVac est d’étudier la faisabilité économique de la stratégie de vaccination anti-VHB à la naissance (HepB-BD) en Afrique de l’Ouest (au Sénégal et au Burkina Faso). Les objectifs spécifiques sont : (i) d’estimer le coût du programme élargi de vaccination (PEV) dans les zones d’étude selon le calendrier actuel de vaccination, (ii) d’estimer le coût incrémental de l’introduction de l’HepB-BD selon différentes stratégies de mise en œuvre, (iii) d’effectuer une analyse coût-efficacité afin d’aider au choix de la meilleure stratégie de vaccination à la naissance anti-VHB à adopter.

Méthodologie : 

L’estimation des coûts de la vaccination repose sur une étude de « micro-costing » conduite sur le terrain (zone du district de Dafra et échantillon national au Sénégal) auprès des agents de santé et des responsables du PEV. La méthodologie consiste à estimer les coûts de la vaccination à partir des différentes ressources utilisées par le PEV valorisées à l’aide de leurs coûts unitaires. L’analyse prend en compte à la fois les coûts en capital et les coûts de fonctionnement à chaque niveau d’activité du PEV. L’analyse du coût incrémental liée à l’introduction de la vaccination à la naissance (HepB-BD) repose sur la méthodologie proposée dans le guide de l’OMS pour estimer les coûts d’introduction d’un nouveau vaccin. L’efficacité de la vaccination à la naissance sera évaluée en termes d’années de vie perdus (DALYs) estimés à partir du nombre évité d’infections, de cirrhoses, et de cancers du foie. Un modèle de Markov est développé pour simuler l’évolution de la maladie au cours de temps à partir des différents états de santé possibles chez les porteurs du VHB et des transitions de probabilité entre les différents états de santé.

État d'avancement : 

Les données sur les coûts ont été collectées au Burkina Faso, permettant de réaliser l’analyse des coûts du PEV selon les recommandations vaccinales actuelles du pays. Le coût économique total du programme élargi de vaccination dans le district sanitaire de Dafra a été estimé à 752 265 dollars en 2016. Les analyses ont permis de montrer que le coût de la vaccination de routine était plus efficient en milieu urbain (32 dollars par enfant vacciné) qu’en milieu rural (61 dollars). Un arbre décisionnel couplé à un modèle de Markov statique a été développé afin de comparer l’efficacité incrémentale de la vaccination anti-VHB à la naissance par rapport au schéma de vaccination actuelle contre le VHB. Les résultats préliminaires (abstract soumis à la conférence AFRAVIH 2020) sont les suivants : Dans l’analyse principale où la couverture de l’HepB-BD est estimée à 89,6%, la stratégie de vaccination HepB-BD (suivi du vaccin pentavalent) aurait permis de prévenir 1950 cas d’infection chronique du VHB et 174 décès liés à l’hépatite B, comparé à la situation actuelle. Cette stratégie a un coût similaire à la situation actuelle en raison des coûts futurs évités liées aux infections chroniques évitées et permet d’éviter 21 DALYs dans la cohorte de naissance. Dans l’analyse de sensibilité univariée, l’HepB-BD reste très coût-efficace (ratio coût-efficacité incrémental <671 US$/DALY) pour chaque variation de paramètres.
Concernant le Sénégal, une enquête de terrain sur le coût de la vaccination à la naissance a été conduite entre juillet et octobre 2018 auprès d'un échantillon aléatoire de 90 formations sanitaires sélectionnées dans 5 régions représentatives du pays.