Suivi épidémiologique et socio-comportemental d'usagers de drogues (cohorte COSINUS - COhorte pour l’évaluation des Salles d’INjection/inhalation dédiées aux USagers de drogues)

Problématique : 

La situation épidémiologique des usagers de drogue (UD), et tout particulièrement des UD par voie intraveineuse, vis-à-vis du virus de l’hépatite C et du VIH appelle aujourd’hui à de nouveaux moyens de prévention et de soins.

Objectifs : 

Les objectifs principaux de cette étude visent à évaluer l’impact des facteurs dits "structurels" (ex : fréquentation des Centres d'Accueil et d'Accompagnement à la Réduction des risques chez les Usagers de Drogues (CAARUD), Centres de Soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA), prisons, autres facteurs environnementaux) et des facteurs individuels (histoire personnelle, facteurs sociodémographiques, consommation de substances, pathologie addictive, autres co-morbidités) sur l’évolution des consommations, des pratiques, du parcours de soins, de leurs conditions sociales et de l’expérience de violences et de délits liés aux drogues.
Les objectifs secondaires consistent à dresser un tableau de la situation socio-comportementale des UD, estimer la prévalence des usages spécifiques de drogues dans l'échantillon, et mieux comprendre les besoins des UD en termes de traitements des addictions mais aussi en termes de dépistage et de prise en charge des troubles associés à l’usage de drogues.

Méthodologie : 

A travers une étude de cohorte prospective multicentrique, nous recruterons 680 usagers de drogue par voie intraveineuse dans 4 villes différentes (Bordeaux, Marseille, Paris et Strasbourg) suivis pendant 12 mois. Le recrutement des UD de la cohorte se fera, par l’intermédiaire d’enquêteurs formés, autour des CAARUD présentant une file active importante et dotés si possible d’une unité mobile. Les UD inclus dans l’étude passeront des entretiens en face-à-face à l’inclusion, à 3 mois, à 6 mois et à 12 mois, réalisés par les enquêteurs. Ces entretiens permettront de recueillir des données sociodémographiques, l’histoire de consommation de drogues, la consommation actuelle, les pratiques à risque liées à l’usage de drogues et d’autres pratiques à risque, le parcours de soins, l’expérience de violence et carcérale, les besoins en termes de traitements pour les addictions, l’acceptabilité par les UD et les besoins des UD en traitements injectables, traitements de la dépendance aux stimulants, d’autres aspects psycho-sociaux ainsi que des questions sur la fréquentation et leur perception vis-à-vis des dispositifs de prévention existants et futurs.

État d'avancement : 

Depuis le démarrage de la cohorte en juin 2016, 628 injecteurs ont été inclus à Bordeaux, Marseille, Paris et Strasbourg et ont réalisé le questionnaire M0 ; 350 le questionnaire M3, 277 le M6 et 143 le M12 (février 2018). Par la suite, cette cohorte sera utilisée pour l’évaluation des besoins de la population d’UD par injection en termes d’accès à des dispositifs innovants mais également pour évaluer les besoins en traitements de l’addiction aux opiacés, traitements injectables, traitements pour la dépendance aux stimulants et d’autres dispositifs, en identifiant les patients susceptibles de bénéficier de ces outils. Elle permettra aussi d’évaluer l’efficacité des salles de consommation de drogues à moindre risque.

Fin mars 2018 sera organisé un séminaire à Marseille avec les acteurs locaux afin de leur présenter les premiers résultats descriptifs de la cohorte recrutée à Marseille. Ce sera l’occasion d’insister sur leur rôle dans le suivi des participants pour éviter les perdus de vue.