Vous êtes ici

Enquête transversale sur l’ampleur et les conséquences de l’infection chronique par le virus de l’hépatite B au Sénégal

Problématique : 

D’après les données disponibles actuellement, la prévalence de l’infection chronique par le VHB au Sénégal est parmi les plus élevées au monde (entre 10 et 17%). Cependant, ces données sont parcellaires (études menées dans les grandes métropoles, sur des populations à risque ou spécifiques : donneurs de sang, femmes enceintes). Aucune étude n’a mesuré l’ampleur de l’infection chronique par le VHB en zone rurale et en population générale, ni ses conséquences sur les conditions de vie des populations. Ces connaissances sont nécessaires afin que les responsables de la lutte contre les hépatites au Sénégal puissent faire des choix de politiques de prévention et de prise en charge adaptés et efficaces.

Objectifs : 

Étudier l’ampleur et les conséquences de l’infection chronique par le virus de l’hépatite B (VHB) sur les conditions de vie des personnes atteintes et de leurs ménages en milieu rural dans un pays d’Afrique de l’Ouest à forte endémicité, le Sénégal. Les objectifs spécifiques sont : (i) documenter l’épidémiologie de l’infection chronique par le VHB en population générale dans la zone de l’observatoire démographique et de santé de l’IRD à Niakhar (prévalence par tranche d’âge et chez les femmes en âge de procréer, couverture et efficacité vaccinale, facteurs de risques) ; (ii) évaluer ses conséquences sur les conditions de vie des personnes atteintes et de leurs ménages; (iii) estimer l’impact de santé publique, les coûts associés et la faisabilité d’un accès décentralisé aux traitements, (iv) assurer la formation des personnels de santé de la zone de Niakhar.

Méthodologie : 

La méthodologie du projet repose sur la conduite d’une enquête transversale comprenant un recueil de données réalisé à deux niveaux : (i) à domicile, au sein d’un échantillon de 3 200 individus, représentatif de la population générale de la zone de Niakhar (dépistage de l’hépatite B à partir d’un prélèvement sanguin sur papier buvard, collecte de données sociodémographiques, économiques et comportementales par questionnaire administré en face-à-face auprès des adultes du ménage) ; (ii) en structures sanitaires, auprès des personnes atteintes, au moment du rendu du résultat du dépistage et du counseling post-test (recueil d’informations cliniques et biologiques permettant d’évaluer le stade de l’infection et l’atteinte hépatique, questionnaire en face-à-face permettant de documenter de façon plus approfondie l’état de santé et les symptômes ressentis par la personne).

État d'avancement : 

L’enquête pilote a débuté en octobre 2017 après une formation de 4 jours des équipes de terrain (enquêteurs, coordonnateurs, médecin et infirmiers). 102 participants ont été inclus lors du recueil de données à domicile (prélèvement sanguin sur papier buvard et questionnaires socio-économiques). Le rendu des résultats de dépistage et la collecte de données s’est déroulé sur la première quinzaine de novembre 2017. Un contrôle qualité des analyses DBS (dried blood spot : analyse de gouttes de sang séché) a été fait en janvier 2018 à Marseille (Hôpital Européen et IHU). Sur avis du Conseil Scientifique, 30 participants supplémentaires ont été recrutés fin avril 2018 afin de vérifier la sensibilité des DBS pour détecter les anticorps anti-HBs et anti-HBc (validation des seuils et de la marque de DBS à utiliser).
La collecte a démarré le 3 octobre 2018 et au 1er avril 2019, 2229 participants ont été recrutés sur 3200 attendus (soit un taux de recrutement de 69,6%). Les bases de données sont en cours de construction et les résultats préliminaires devraient être présentés au cours du premier semestre 2020.