Conduites addictives

Une des spécificités de l’ORS PACA est qu’une partie importante de ses activités est adossée à des collaborations étroites avec différentes équipes de recherche.
Cet axe « VIH, Hépatites et Addictions » est le reflet de la collaboration de l’ORS PACA avec une équipe de recherche de l’UMR 1252 SESSTIM (https://sesstim.univ-amu.fr, Unité Mixte de Recherche INSERM - IRD - Aix-Marseille Université "Sciences Economiques & Sociales de la Santé et Traitement de l’Information Médicale"), dirigée par le Pr Roch GIORGI.

L’équipe de recherche dont l’ORS PACA est partie prenante s’intitule « Santé et Recherche Communautaire (SanteRCom) ». Elle est dirigée par le Dr Bruno SPIRE. Les travaux de cette équipe qui mène des recherches en santé publique dans le domaine des maladies infectieuses et des addictions sont structurés autour de 2 axes de recherche :

  • Le premier axe se focalise sur le VIH et s’intéresse aux perceptions et aux comportements des patients dans le soin ainsi qu’à la prévention diversifiée intégrant des outils biomédicaux.
  • Le deuxième axe s’intéresse à la réduction des risques auprès des usagers de drogue, aux consommations problématiques d’alcool et à l’accès aux soins des personnes atteintes par les virus des hépatites.

L’équipe SanteRCom regroupe des médecins, des psychologues, des épidémiologistes, des économistes et des chercheurs communautaires en lien avec les associations de malades. Les approches sont abordées par le croisement systématique des méthodes qualitatives (entretiens, études de cas, observation participative) et/ou quantitatives à travers des enquêtes longitudinales ou transversales. Les 2 axes ont des terrains de recherche en France et dans les pays en développement, principalement en Afrique sub-saharienne.

La situation épidémiologique des usagers de drogue (UD), et tout particulièrement des UD par voie intraveineuse, vis-à-vis du virus de l’hépatite C et du VIH appelle aujourd’hui à de nouveaux moyens de prévention et de soins.
L'accès aux programmes d’échange de seringues et aux traitements de substitution aux opiacés est bien connu pour réduire les pratiques à risque de transmission du VIH/VHC et la séroconversion VIH chez les personnes qui consomment des drogues...
En France, selon la synthèse thématique sur l’alcool publiée par l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) en 2015 sur la base des données du Baromètre Santé de Santé Publique France, on dénombre 3,4 millions de personnes (parmi...
La consommation excessive d’alcool reste encore aujourd’hui un problème de santé publique majeur en France en particulier à cause de son association avec la morbidité et la mortalité (hépatique, cardiovasculaire, tumorale, etc.), avec le risque d’...
Les conclusions scientifiques sur le lien entre l’engagement sportif et la consommation de substances psychoactives chez les jeunes sont équivoques. Cela est dû au fait que les sports et leurs modalités de pratique d’une part, et les formes d’usage...