Modélisation de la répartition des pollens d'ambroisie et estimation de l'impact sanitaire de l'ambroisie en région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Problématique : 

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur se caractérise par un risque allergique élevé pour un certain nombre de pollens. Ces pollens peuvent être très allergisants, comme le pollen d’ambroisie. L’évaluation de l’exposition à l’ambroisie et la surveillance de son expansion géographique sont donc primordiales et constituent l’un des objectifs de la thématique "Air" retenu dans le Plan Régional Santé Environnement (PRSE) 2015-2021 (déclinaison de l’action 11 du Plan National Santé Environnement 3). Par ailleurs, dans le cadre de l’instruction interministérielle du 20 août 2018, un plan d’action de prévention et de lutte contre l’ambroisie en région Provence-Alpes-Côte d’Azur a été élaboré.
La modélisation de la répartition des pollens d’ambroisie et l’estimation de l’impact sanitaire de l’ambroisie s’inscrivent donc pleinement dans ce cadre. Ce projet, mené en partenariat avec AtmoSud, a été retenu dans le cadre de l’appel à projets santé-environnement 2020 lancé par l’Agence Régionale de Santé (ARS), la Direction Régionale de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement (Dreal) et la Région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Objectifs : 

Les objectifs de ce projet s’articulent autour de deux axes complémentaires ; le premier axe, mené par AtmoSud, a pour objectif de modéliser la répartition en concentration des pollens d’ambroisie et le risque allergique d’exposition au pollen ; le deuxième axe, mené par l’ORS, est d’estimer l’impact sanitaire de la pollinose à l’ambroisie dans la région.

Méthodologie : 

La méthodologie sera basée sur les travaux réalisés en Auvergne-Rhône-Alpes sur cette même thématique. Des ajustements seront effectués dans la mesure du possible en fonction des recommandations de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) suite à son expertise sur ces travaux (attendues pour fin 2020). L’estimation de l’impact sanitaire sera calculée à partir des données du Système national des données de santé (SNDS) en identifiant la population potentiellement allergique et en analysant les coûts estimés en lien avec cette allergie en termes de consommations de soins, en tenant compte de la période de pollinisation de l’ambroisie définie sur les mesures de pollens (données issues du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA)).

État d'avancement : 

Des premières présentations de la méthodologie du projet ont été faites lors des comités de pilotage ambroisie de février 2020 et février 2021. La réalisation de l’axe 2 est prévue de janvier à octobre 2021. Le travail d’appropriation des recommandations de l’Anses est en cours.