Vous êtes ici

Baromètre santé des étudiants (et de leurs conditions de vie à l'ère de la Covid-19)

Problématique : 

La santé des étudiants préoccupe les instances décisionnelles du monde de l’éducation. Les études disponibles menées sur ce thème ont souligné les difficultés d’insertion et la vulnérabilité de cette population. C’est à la fin de l’adolescence que se prennent certaines habitudes, tant en ce qui concerne les comportements à risques que les pratiques positives vis-à-vis de la santé et du recours aux soins. A la demande de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, une enquête avait été réalisée en 2005-2006 par l’Observatoire Régional de la Santé auprès d’un échantillon représentatif d’étudiants inscrits en première année, dans l’une des six universités de notre région. Parmi les étudiants qui avaient complété le questionnaire, 23 % des garçons et 25 % des filles fumaient quotidiennement, les usages réguliers d’alcool et de cannabis étant moins fréquents. Toutefois, 31 % des garçons et 17 % des filles rapportaient au moins une ivresse au cours du dernier mois. Parmi les participants, 12 % des garçons et 6 % des filles étaient en surpoids, 2 % des garçons et 3 % des filles étaient obèses. La fréquence élevée de la maigreur chez les étudiantes de notre région (16 %) par rapport aux étudiants (6 %) nous avait interpellée sur les troubles de l’alimentation, plus fréquents chez les filles. Enfin, les résultats de cette étude avaient montré qu’un étudiant sur quatre avait déclaré une situation de mal être.
Le schéma régional de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation de la Région Sud - Provence-Alpes-Côte d’Azur a affiché en juillet 2017 plusieurs ambitions concernant les étudiants de la région, se déclinant, pour la santé, en trois volets : 1) le soutien à des actions de prévention et d’éducation pour la santé, 2) l’élaboration d’un dispositif de financement d’une complémentaire santé pour les étudiants n’ayant ni accès à la couverture mutuelle universelle - complémentaire ni à l’aide au paiement d’une complémentaire santé et 3) l’actualisation du Baromètre santé précédant afin de proposer des préconisations concernant le volet 1. L’Agence Régionale de Santé Provence-Alpes-Côte d’Azur a également inscrit la priorité des jeunes et notamment des étudiants dans son Projet Régional de Santé. A la demande de la Région et de l’ARS, une nouvelle enquête a été initiée en 2019.

Objectifs : 

L’objectif de cette enquête est de recueillir les perceptions (situation, difficultés rencontrées, soutiens existants) des étudiants et des acteurs de l’enseignement supérieur sur les conditions de vie, le recours aux soins et l’alimentation des étudiants, ainsi que leurs propositions pour apporter des solutions et des aides vis-à-vis des problèmes identifiés. L’enquête réalisée permettra ainsi d’améliorer la connaissance des perceptions et des pratiques étudiantes liées à la santé, et de formuler des préconisations pour la résolution des problèmes identifiés.

Méthodologie : 

Une étude de préfiguration, s’appuyant sur une bibliographie, un état des lieux des bases de données sur les étudiant et les travaux en cours en France par les observatoires de la vie étudiante (OVE) et dans le domaine de la recherche a conduit à choisir une méthodologie qualitative participative s’appuyant sur deux axes : 1) des entretiens individuels et collectifs auprès des étudiants de la région (échantillon diversifié en termes de filières, de types d’écoles, et territoire), 2) un comité technique réunissant des acteurs de l’enseignement supérieur (formateurs, acteurs du secteur social et de la santé…) de notre région.
Dans le contexte de l’épidémie de Coronavirus Covid-19, l’ORS a proposé de compléter les objectifs de l’étude qualitative menée auprès des étudiants. Le confinement et les difficultés matérielles et organisationnelles qu’il entraine se surajoutent à certaines situations -- tels que l’isolement social des étudiants étrangers ou des étudiants en rupture familiale, les rythmes de vie hachés et l’articulation difficile des études avec un travail rémunéré, la perception de leur santé-- et induit un stress, une souffrance psychologique, voire une angoisse pour les étudiants et particulièrement, les plus vulnérables. Les entretiens réalisés avec les étudiants à partir de mars 2020 ont été consacrés à l’analyse des conséquences de la crise du Covid-19 sur leurs conditions de vie et leur santé ainsi qu'à leurs perceptions de cette épidémie.

État d'avancement : 

En 2019, un état des lieux des études sur la santé et les comportements de santé des étudiants au niveau national et régional a été réalisé, et la méthodologie a été validée par le comité de pilotage. 48 entretiens individuels avec les étudiants ont été réalisés entre janvier et juin 2020 : la moitié ont été conduits avant la décision de confinement généralisé lié à l’épidémie de Covid-19 et l'autre moitié, durant la période de confinement elle-même. Des filières d'enseignement supérieur ainsi que des profils socio-démographiques diversifiés ont été représentés dans cette enquête. Des échanges téléphoniques avec les acteurs de l’enseignement supérieur sur les actions mises en place durant le Covid-19 ont également eu lieu, ainsi qu’une réunion du comité technique en juillet 2020. Ces différents entretiens ont aboutis à des synthèses de problématique et des recommandations qui seront restitués à l’automne 2020.

Des premiers résultats sont disponibles sur notre compte Twitter  

Suite aux résultats de l’enquête, un groupe de travail sera mis en place avec les acteurs de l’enseignement supérieur. De nouveaux entretiens sont également réalisés auprès des étudiants pour poursuivre le suivi des conditions de vie des étudiants dans le contexte actuel.