Suivi Longitudinal des Attitudes à l’égard d’un VAccin contre la COvid-19

Problématique : 

Ce projet fait suite à l’étude Coconel, qui avait commencé à suivre les attitudes des Français à l’égard d’un futur vaccin contre la Covid-19 dès la fin du mois de mars 2020. Entre fin mars et fin juin 2020, l’hostilité à l’égard de ce vaccin était passée de 23% à 37%. Dans un contexte d’une hésitation vaccinale forte et évolutive, comment appréhender la dynamique des attitudes des Français face à un vaccin contre la Covid-19 ?

Objectifs : 

Suivre tout au long de l’année 2021 les attitudes des Français à l’égard de ce vaccin, ou plutôt des vaccins qui vont être introduits successivement, documenter les motifs de refus (spécifiques au vaccin ou à la maladie, hostilité à l’égard de la vaccination en général…), mettre en évidence les facteurs associés (sociodémographiques, socioéconomiques), en étant tout particulièrement attentif à la politisation croissante de ces attitudes (mesurée à la fois en terme d’engagement politique et de préférence partisane). Il s’agira également de resituer ces attitudes dans le cadre plus général de l’hésitation vaccinale contemporaine, particulièrement prégnante en France. Un travail similaire sera également effectué auprès des médecins généralistes de ville.

Méthodologie : 

Comme pour le projet Coconel, des échantillons représentatifs de la population générale adulte seront interrogés par internet. Plusieurs enquêtes transversales successives sont prévues, sur des échantillons de 1000 à 2000 enquêtés. En complément, des analyses spécifiques seront réalisées sur des données récoltées par ailleurs dans le cadre du Panel de Médecins Généralistes de la DREES, qui a consacré une vague à la question de la vaccination contre la Covid-19. Enfin, une veille sera organisée sur les réseaux sociaux (Twitter) et sur Google, afin, en particulier, d’étudier comment s’y déploient d’éventuelles controverses autour de ce(s) vaccin(s).

État d'avancement : 

Ce projet a été initié en mars 2021. Deux vagues d’enquête ont déjà été lancées, au mois de juin et octobre 2021. Les premiers résultats sont en cours de publication, d’autres articles sont en cours d’écriture. Ils s’intéressent notamment aux opinions des Français à l’égard des obligations vaccinales, du pass sanitaire, mais aussi aux attitudes des vaccinés à l’égard des non-vaccinés. Les résultats en cours d’analyse de la vague d’octobre montrent en particulier que, parmi les adultes vaccinés ou qui déclarent qu’ils vont se faire vacciner, la majorité adhère à des opinions dépréciatives à l’égard des personnes qui refusent le vaccin (elles sont perçues comme inciviques, égoïstes et "complotistes"), et une partie adopte même des comportements d’évitement. Par ailleurs, des travaux conduits auprès d’un panel national de médecins généralistes de ville montrent qu’un quart d’entre eux ont été fortement affectés, dans les mois précédant la campagne de vaccination, par des doutes sur la sécurité des nouveaux vaccins, d’autant plus souvent qu’ils étaient moins confiants dans les autorités sanitaires. Un suivi longitudinal de ces attitudes montrait aussi leur importante volatilité. Finalement les taux de couverture vaccinale atteint 6 mois après le début de la campagne dépassaient légèrement 90 %. De nouveaux travaux sont prévus en 2022 à partir de l’exploitation d’une cohorte de professionnels de santé hospitaliers.